Iran : une famille en prison et vouée à la potence pour délit de visite à Achraf

Au mois de mai, le régime cruel des mollahs condamnait à mort des parents de résidents d’Achraf en les accusant de Moharebeh, ou « guerre contre Dieu » : M. Mohsen Daneshpour-Moghadam, 67 ans, un marchand du bazar, et son fils Ahmad. Sa femme Mme Motahareh (Simine) Bahrami, 55 ans, sa nièce Reyhaneh Haj-Ibrahim, et M. Hadi Ghaemi, un ami de la famille, avaient aussi été arrêtés et incarcérés à Evine le jour des manifestations de l’Achoura (27 décembre 2009).

La famille a été arrêtée pour une visite à la Cité d’Achraf en Irak l’an dernier pour y voir un fils et un parent. M. Daneshpour, prisonnier politique des années 1980 avait déjà passé cinq ans dans les prisons du régime iranien pour sa sympathie avec l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Le 19 mai, la France par la voix du Quai d’Orsay appelait le régime de Téhéran à ne pas procéder aux exécutions de six opposants arrêtés lors des troubles post-électoraux de 2009, alors que la justice iranienne venait de confirmer leur condamnation à mort. « La France est vivement préoccupée par ces condamnations à la peine capitale qui s’inscrivent dans la politique de répression brutale menée par l’actuel régime iranien contre ceux de ses citoyens qui aspirent à la démocratie et au respect de leurs libertés », décarait le porte-parole du ministère.  L’AFP qui rapportait la nouvelle ajoutait que « trois d’entre eux auraient été arrêtés lors d’émeutes en décembre, selon le procureur de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi qui les a identifiés comme “Ahmad Daneshpour Moghadam, Mohsen Daneshpour Moghadam et Alireza Ghanbari”. »

Le Comité français pour un Iran démocratique affirmait de son côté le 15 mai dans un communiqué qu » « ils n’ont commis d’autre crime que de s’opposer à la sanglante dictature des mollahs. Apprenons leurs noms et crions notre indignation devant ces condamnations sans procès, sous le  simple prétexte que des hommes en Iran n’abdiquent pas leur dignité et combattent pour les valeurs de Liberté et de Démocratie qui sont aussi les nôtres. »

Le samedi 9 octobre une manifestation est organisée à 17h place de la Bastille pour sauver ces condamnés à mort.

Back to top button
Close
Close