Actualités

Le vol de la Bank-e Meli en Iran : Un hold-up ou une mise en scène ?

Le vol de la Bank-e Meli en Iran : Un hold-up ou une mise en scène ?

Lundi, la télévision officielle iranienne a rapporté que « des cambrioleurs ont percé le mur d’une succursale de la Bank Meli (Banque nationale en persan) depuis un bâtiment voisin à Téhéran ». En conséquence, des centaines d’Iraniens ont perdu leurs économies.

Ces cambrioleurs sont entrés dans la banque, ont eu 14 heures pour démonter facilement les caméras de surveillance et prendre leurs cartes mémoire, et ont fait beaucoup de bruit en utilisant des fraiseuses à main pour découper les coffres-forts et voler les biens des gens. Les alarmes des banques ont retenti, de nombreux appels ont été passés au dispositif de « sécurité » du régime, et pas un seul policier ne s’est présenté sur les lieux.

« La succursale ne disposait pas d’un agent de sécurité et la banque a découvert le vol au bout de quatre jours. Il a fallu environ 14 heures aux voleurs pour emporter l’argent« , a déclaré Hassan Mounesan, membre du conseil d’administration de la Bank Meli, le 10 juin.

Mounesan a reconnu que cette agence dispose de « sept niveaux de sécurité et d’un système d’alarme automatisé ». Pourtant, il a esquivé la question de savoir pourquoi les cambrioleurs ont facilement pénétré dans la banque ?

Pendant longtemps, la théocratie au pouvoir en Iran a justifié sa cruauté en se vantant d’avoir « apporté la sécurité au pays« . Tuer des manifestants innocents dans les rues, arrêter ceux qui scandent des propos contre les responsables du régime et organiser des attaques contre les femmes sont autant de « mesures de sécurité » considérées par le régime.

Alors qu’il faut quelques minutes aux forces de sécurité de l’État pour arriver sur les lieux d’une manifestation et ouvrir le feu sur des civils non armés, comment ont-elles pu échouer à mettre la main sur une bande de malfrats ayant agi pendant 14 heures ? Il existe de nombreuses spéculations sur la complicité des responsables du régime dans ce larcin, et compte tenu de la corruption institutionnalisée du régime et de son passé de pillage des richesses du peuple, cette dernière hypothèse est hautement probable.

En 2018, des milliers d’Iraniens ont perdu les économies qu’ils avaient confiées à des établissements de crédit soutenus par le gouvernement, comme Caspian et Thamen-Ol-Ameh. Ces institutions prétendaient rendre l’argent des gens à un taux d’intérêt de 25 %, trompant les gens pour qu’ils leur fassent confiance. Ces institutions ont progressivement cessé d’autoriser les retraits, puis de verser des intérêts, et ont finalement fermé leurs portes pour de bon, ruinant la vie de milliers de personnes dans tout le pays. Ces institutions étaient affiliées aux Gardiens de la Révolution (pasdaran).

Les Iraniens ont organisé des manifestations pendant une semaine pour réclamer leurs droits. Les manifestations et les slogans de ceux qui ont été victimes de cette escroquerie systémique ont ensuite été attribués au premier grand soulèvement de l’Iran en 2018, qui a ébranlé les fondements du régime.

<blockquote class= »twitter-tweet »><p lang= »en » dir= »ltr »>June 13 – Ahvaz, southwest <a href= »https://twitter.com/hashtag/Iran?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#Iran</a> <br>Social Security Organization pensioners marching and protesting regime officials&#39; refusal to address their long-raised demands.<a href= »https://twitter.com/hashtag/IranProtests?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#IranProtests</a> <a href= »https://t.co/T0BgyYOU51″>pic.twitter.com/T0BgyYOU51</a></p>&mdash; People&#39;s Mojahedin Organization of Iran (PMOI/MEK) (@Mojahedineng) <a href= »https://twitter.com/Mojahedineng/status/1536307393050513408?ref_src=twsrc%5Etfw »>June 13, 2022</a></blockquote> <script async src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>

À la suite du hold-up du lundi, les personnes escroquées se sont rassemblées devant la principale succursale de Bank-e Meli, réclamant leurs droits. Dans un premier temps, les responsables du régime ont tenté d’écarter la foule, affirmant que les coffres-forts n’étant pas assurés, ils n’étaient pas responsables du remboursement des pertes des personnes.

Ces réponses ont permis aux gens d’exprimer leur haine envers la Thievocratie iranienne. Craignant la réaction de la population et une autre série de protestations dans la société iranienne actuellement instable, le régime a déclaré qu’il poursuivrait les voleurs.
Et finalement, le 9 juin, la police d’État a annoncé qu’elle avait capturé tous les voleurs et confisqué les fortunes.

Les médias officiels iraniens et la police ont fait grand cas de l’arrestation des voleurs, se vantant d’une opération conjointe avec Interpol pour arrêter plusieurs voleurs qui avaient réussi à s’échapper d’Iran.

Les Iraniens ont réagi à ce cirque sur les médias sociaux, se moquant du fait que si le Commandement général des forces de l’ordre du régime (FRAJA) est si puissant, pourquoi n’a-t-il pas réussi à prendre les voleurs sur le fait ? Cela a obligé Hossain Ashtari, le chef de la police de Téhéran, à déclarer de façon ridicule qu’ils avaient arrêté les voleurs quelques jours après le vol.

Les propos d’Ashtari sur la récupération des biens des gens laissent entrevoir le rôle du régime dans le cambriolage de lundi. « Nous avons récupéré la majorité des biens des gens. C’est maintenant à eux de déterminer combien ils ont perdu et de nous le dire », a-t-il déclaré le 9 juin dans une interview à la télévision officielle.

Selon le code pénal du régime, la détention de titres d’une valeur supérieure à 10 000 euros équivaut à de la contrebande de devises, donc punissable en vertu des lois du régime. En d’autres termes, les personnes qui avaient toutes leurs économies à la banque ne peuvent désormais récupérer que 10 000 euros de leurs biens, le régime empochant le reste. Par ailleurs, le régime a affirmé avoir arrêté tous les criminels. Alors pourquoi n’ont-ils restitué que 90 % des biens des gens ? Qu’advient-il du reste ?

Espérer que le FRAJA du régime restitue les fonds des gens, c’est comme espérer qu’un pyromane éteigne l’incendie ! Le FRAJA, anciennement connu sous le nom de NAJA, est une institution corrompue.

En 2015, au milieu des luttes intestines du régime, il a été révélé que NAJA et son commandant de l’époque Ahmadi-Moghaddam, ont détourné des milliards de dollars. Selon le rapport exclusif de la Résistance iranienne en 2020, la Fondation coopérative des forces de sécurité de l’État (NAJA) « est aujourd’hui l’une des plus grandes sociétés holding en Iran. »

Selon ce rapport, « en 2014, les médias officiels ont estimé les actifs de cette fondation à plus de 3,2 milliards de dollars. Les entreprises de cette fondation comprennent la
Qavamin Bank, Mehregan Investments, NAJA Hope Insurance Fund, NAJA Science, Education, and Recreation Institute « , entre autres participations.

Le régime de Téhéran, en proie à la crise, a besoin de plus d’argent pour financer son terrorisme et ses politiques bellicistes. C’est pourquoi, secrètement ou ouvertement, il pille les richesses de la population. Qu’il s’agisse de dévorer des plates-formes pétrolières, de monopoliser des industries entières, de vendre de la terre et des arbres, ou du dernier braquage de banque qui a soulevé tant de drapeaux rouges, tout cela fait partie du plan du régime pour utiliser chaque centime qu’il trouve pour prolonger sa vie. Mais malgré toutes les richesses que les mollahs ont pillées et dérobées au peuple iranien, peuvent-ils se permettre de gagner du temps ?

Bouton retour en haut de la page