ActualitésDroits de l’Homme

Iran : Le régime est de plus en plus incapable de nier l’effondrement économique, les victimes de la COVID et le soulèvement populaire

Par
Secrétariat du CNRI

Le déclin économique de l’Iran est devenu incontrôlable depuis des années. En août, le taux d’inflation s’élevait à 42,5 %, et le prix du pain aurait augmenté de 50 %. Ces statistiques ont été directement rapportées par les médias officiels, dont on attendrait normalement qu’ils couvrent de tels signes d’échec de la politique gouvernementale. Mais au fur et à mesure que la crise s’est aggravée, de nombreux médias officiels se sont trouvés dans l’impossibilité de continuer à dissimuler la gravité du problème ou même de suivre la ligne du régime en imputant ce problème à des facteurs externes comme les sanctions américaines.

« Aujourd’hui, l’ampleur de ces problèmes a atteint un tel niveau que même si toutes les sanctions économiques et bancaires américaines à l’encontre de l’Iran étaient levées demain, cette action n’aurait que peu d’effet sur la résolution des racines des problèmes économiques du pays et sur le sauvetage de la population du tsunami de la pauvreté », a déclaré un article récent du quotidien Jahan-e Sanat. Le même article décrivait les autorités gouvernementales comme n’ayant pas donné suite à diverses promesses, ce qui a abouti à une situation où « les problèmes économiques, sociaux et culturels du pays sont devenus plus complexes chaque année ».

As Iran’s economy continues to decline, people’s patience run thin
De tels commentaires, émanant de sources par ailleurs loyales, sapent les efforts déployés par le régime ou ses apologistes à travers le monde pour rendre les sanctions américaines responsables de ses problèmes, mais aussi d’autres facteurs extérieurs comme la pandémie. S’il est raisonnable de conclure que la crise de santé publique a eu un impact négatif sur l’économie en Iran comme dans la plupart des autres pays, il est important de garder à l’esprit que cet impact a été exacerbé par le fait que Téhéran n’a rien fait pour juguler la crise, mais l’a en fait aggravée de diverses manières depuis le tout début.

Un autre quotidien, Sharq, a récemment publié un éditorial dans lequel on pouvait lire : « Pendant 20 mois, les responsables n’ont fait que conseiller aux Iraniens de porter des masques et de maintenir une distanciation sociale. Entre-temps, le gouvernement n’aurait-il pas dû faire autre chose que de donner des recommandations ? La population prend soin d’elle-même autant qu’elle le peut, mais le gouvernement a-t-il aidé la population ? »

On est loin de l’approbation quasi universelle par les médias iraniens des récits du régime sur la pandémie au cours de ses premières phases. Il s’agissait notamment de nier catégoriquement la présence du virus dans le pays pendant plus d’un mois, et de sous-évaluer de manière drastique les taux d’infection et le nombre de décès une fois le virus reconnu.

Bien entendu, les médias officiels ne fournissent toujours pas d’évaluation objective de la crise. Les autorités gouvernementales fermeraient certainement certains médias si le nombre réel de décès était annoncé, mais des critiques, même modérées, pourraient inciter davantage de citoyens iraniens ordinaires et de parties intéressées dans le monde entier à se tourner vers d’autres sources d’information sur le Coronavirus en Iran.

Over 400,000 coronavirus deaths in Iran
L’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) a été une source essentielle d’informations bien avant que les infections au Coronavirus en Iran ne commencent à être officiellement enregistrées. Le réseau de l’OMPI a obtenu des documents de l’Organisation nationale d’urgence qui montraient que de telles infections avaient été identifiées, mais balayées sous le tapis au début du mois de janvier 2020. Cela a contribué à garantir la propagation incontrôlée du virus lors de rassemblements publics denses, mettant l’Iran en tête des pays les plus touchés du Moyen-Orient.

Les rapports de l’OMPI dressent un tableau encore plus sombre que cela, identifiant l’Iran comme l’un des pays les plus touchés du monde entier, avec un bilan global d’environ 405 000 morts et un bilan quotidien récent de plus de 2 000 morts. Ce chiffre est presque quatre fois plus élevé que le nombre total de morts rapporté par Téhéran, mais même le chiffre le plus bas a été suffisant pour susciter un rare flot de critiques de la part des médias officiels et des responsables qui quittent le ministère iranien de la Santé.

L’un de ces responsables, le Dr Alireza Zali, a donné des interviews le mois dernier dans lesquelles il accusait les autorités du régime d’avoir évité l’achat de vaccins étrangers efficaces, non pas en raison de prétendues préoccupations quant à leur sécurité, mais simplement en raison de leur coût. Entre-temps, lorsque le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a interdit l’importation de vaccins en provenance des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France en janvier, il avait en fait l’intention de prolonger la pandémie, qu’il a un jour qualifiée de « bénédiction », apparemment parce qu’elle avait mis fin à un mouvement de protestation national qui s’était avéré résistant à la répression gouvernementale la plus violente.

Le quotidien officiel Ebtekar, a récemment publié un article qui disait : « Il est impératif de prêter attention à la question de l’arrêt du cycle de la violence… C’est un concept qui, s’il n’est pas traité rapidement, éliminera tout espoir [de préserver] le système. »

En mars 2021, la dirigeante de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi, a souligné l’explosion des troubles dans la province du Sistan-Baloutchistan et a émis l’hypothèse que « le feu des soulèvements » renaissait des « cendres du Coronavirus ».

Ce sentiment s’est renforcé au lendemain de l’ »élection » présidentielle qui a porté Ebrahim Raïssi au pouvoir, avec une nouvelle vague de protestations dans diverses régions du pays, sur diverses questions, notamment le non-paiement des salaires des travailleurs et la baisse de la valeur des pensions qui a laissé de nombreux Iraniens âgés incapables de payer les produits de première nécessité.

Dans tout cela, des institutions comme le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) et le bureau du Guide Suprême ont continué à bénéficier de leur contrôle sur ce qui a été appelé une « mafia financière » par l’OMPI et d’anciens responsables iraniens.

Comme il est mentionné dans un article du site Internet de l’OMPI, « Si les dirigeants du régime ont immensément profité de l’emprise corrompue qu’ils ont sur l’économie, ils s’inquiètent également de la façon dont tous ces problèmes s’accumulent et se retournent contre eux. » L’article poursuit en citant le journal officiel Resalat qui évoque « une rage dormante qui s’est accumulée » dans la société et et « la patience du peuple est à bout. »

Bouton retour en haut de la page