ActualitésIntérieur du pays

Iran, élection 2021 : Khamenei craint le boycott électoral et la révolte populaire

Par
Mansoureh Galestan

Le mois dernier, le Conseil des gardiens du régime iranien a annoncé la liste définitive des candidats à la parodie électorale de la présidentielle qui se déroulera le 18 juin. Bien que près de 600 personnes se soient enregistrées auprès du ministère de l’Intérieur, seules sept ont finalement été approuvées par l’organe de 12 membres chargé de contrôler les candidats pour s’assurer qu’ils s’alignent sur la volonté du chef suprême du régime.

Ali Khamenei a rapidement approuvé la décision du Conseil, qui a laissé son candidat préféré, Ebrahim Raïssi, en compétition avec six personnalités relativement mineures. Depuis lors, il est généralement admis que Raïssi sera le prochain président des mollahs. Mais dans un discours prononcé vendredi, Khamenei a déclaré que certains des candidats disqualifiés avaient été traités injustement. « Certains candidats ont été lésés. Ils ont été accusés de choses fausses qui se sont malheureusement propagées sur Internet également. Protéger l’honneur des gens est l’un des enjeux les plus importants. J’appelle les organes responsables à restaurer leur honneur », a-t-il déclaré dans un discours télévisé, faisant référence à l’ancien président du Majlis Ali Larijani.

À l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran, certains ont rapidement conclu qu’il s’agissait d’un appel à la réintégration de Larijani par le Conseil des gardiens. Pourtant, le Conseil a publié une déclaration reconfirmant la liste finale des candidats.

Khamenei se retrouve de plus en plus faible et vulnérable et prévoit un boycott généralisé de l’élection et des soulèvements imminents. Afin de conserver la loyauté de ses alliés les plus proches qui ont été disqualifiés par le Conseil des gardiens, en particulier Ali Larijani, Khamenei a fait cette remarque suggérant que les rumeurs à leur sujet et les membres de leur famille étaient injustifiées.

Dans les semaines précédant l’annonce finale du scrutin, Khamenei n’avait pas caché sa préférence pour Raïssi comme prochain président de son régime réactionnaire. Cette préférence était sans doute claire depuis 2019, date à laquelle il a nommé le célèbre juge des pendaisons en tant que chef du pouvoir judiciaire.

Avant de prendre en charge le pouvoir judiciaire, Raïssi a passé des années à superviser la soi-disant fondation religieuse connue sous le nom d’Astan-e Quds Razavi, qui conserve de vastes ressources financières et les orientait souvent vers la promotion du terrorisme et la propagande intégriste dans la région et dans le monde. Cette affectation était également le produit de la nomination directe de Khamenei. En fait, Raïssi a gravi les échelons du régime en récompense continue pour son rôle dans l’écrasement de la dissidence et le renforcement de la structure de pouvoir totalitaire.

En 1988, Raïssi a siégé à la « commission de la mort » de Téhéran qui était responsable de l’exécution de milliers de prisonniers politiques, dont la plupart étaient membres de la principale opposition pro-démocratie, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Dans tout le pays, ce massacre aurait fait plus de 30 000 morts, et Raïssi porte sans doute la responsabilité de la grande majorité d’entre eux, ainsi que d’avoir continué à promouvoir les mêmes méthodes brutales au cours des trois décennies suivantes.

Une brutalité similaire a certainement défini son mandat en tant que chef du pouvoir judiciaire. En janvier 2018, le guide suprême Khamenei a reconnu à contrecœur le rôle joué par l’OMPI dans le soulèvement national qui a englobé plus de 100 villes et villages. En novembre 2019, un soulèvement similaire a éclaté encore plus spontanément et à une échelle encore plus grande, incitant les autorités à ouvrir le feu sur les foules de manifestants et à procéder à des arrestations massives. Environ 1 500 personnes ont été tuées en quelques jours, et la justice de Raïssi a supervisé des mois de torture systématique, comme le détaille un rapport d’Amnesty International publié l’année suivante.

L’engagement du régime dans la répression violente peut être compris à la fois comme la cause et la conséquence du choix de Raïssi comme instrument des efforts de Khamenei pour consolider le pouvoir de la ligne dure. Sa loyauté démontrée envers la direction suprême ne laissait aucun doute sur son approbation par le Conseil des gardiens. Et le caractère définitif apparent de cette approbation a conduit l’OMPI à mettre en garde contre une escalade imminente des activités répressives du régime après la « victoire » électorale de Raïssi .

L’OMPI a plaidé pour un boycott massif des élections du 18 juin. Les « unités de résistance » de l’OMPI ont organisé des manifestations et publié des messages dans des centaines d’espaces publics à travers le pays, souvent accompagnés d’images de la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi et exhortant le peuple à ne pas participer à la parodie électorale comme moyen de légitimer le régime intégriste.

 

 

Iran, élection 2021 : Khamenei craint le boycott électoral et la révolte populaire

Bouton retour en haut de la page