Nasif - BanderLe représentant du régime iranien suscite la colère en Irak pour vouloir poursuivre en justice ceux qui parlent de l'ingérence des mollahs à Bagdad

Le quotidien jordanien Al-Arab al-Yam du 14 août rapporte que les menaces de l'ambassadeur iranien en Irak, Hassan Dana’ifar, de poursuivre en justice ceux qui accusent l'Iran de s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Irak, ont provoqué un tollé dans les milieux politiques en Irak.

Une dirigeante de la liste al-Irakiya, Mme Alyeh Nassif Jassem, a dit al-Arab al-Yom, que « les propos de l'ambassadeur d'Iran sont irresponsables ». Elle a ajouté que « l'ère des menaces Dana’ifar est terminée, et cela ne fait que déclencher la colère des dirigeants irakiens. »

Ezzat al-Chahbandar, un membre de la coalition de l’Etat de Droit, a qualifié la déclaration de l’émissaire iranien de « provocation », ajoutant qu'elles « créent des tensions ». Lors d'une conférence de presse, Al-Chahbandar a dit que Dana’ifar veut faire taire les politiciens irakiens qui parlent de l'ingérence iranienne en les menaçant de poursuites judiciaires. Il a critiqué le gouvernement irakien pour ne pas prendre position sur ces propos.

Mme Nassif Jassem a également critiqué la demande iranienne d’expulser les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) d’Irak. Elle a dit que ces déclarations sont inacceptables, surtout parce qu'ils sont réfugiés en Irak et résident au camp d'Achraf. Ils bénéficient également d'un soutien international, a-t-elle ajouté.

Elle a qualifié les résidents d'Achraf comme des «hôtes du peuple irakien ».