2019 marquée par la répression brutale du régime iranien contre la société

Par Mansoureh Galestan

L'année 2019 a été marquée par une répression brutale de la société iranienne, selon le rapport annuel d'un important groupe de défense des droits de l'homme, Iran Human Rights Monitor (Iran HRM), publié lundi.

Dans son rapport annuel publié le 6 janvier 2019, Iran HRM a souligné comment le régime iranien avait arrêté et torturé des centaines de militants des droits tout au long de 2019.

« La répression vindicative contre les défenseurs des droits de l'homme ainsi que le traitement sévère des prisonniers politiques sont également des indices flagrants d'une répression croissante en Iran. Les défenseurs des droits humains, les membres des communautés minoritaires, les avocats, les journalistes, les militants des droits des travailleurs et des enseignants et les femmes ont continué d’être intimidés, harcelés, arrêtés et détenus », indique le rapport.

Tout en faisant référence à l’utilisation continue de la peine capitale par le régime iranien, le rapport a ajouté : « L’utilisation délibérée de la peine capitale par l’Iran est restée une source constante d’indignation et de condamnation internationales. Selon plusieurs organismes internationaux indépendants, dont le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme en Iran et Amnesty International, l'Iran est le principal État qui détient le plus grand nombre d’exécutions par habitant. L'Iran arrive également en tête du classement des exécutions de mineurs et de mineurs délinquants. »

Dans son rapport, Iran HRM a confirmé l'utilisation par le régime iranien de la torture et des châtiments corporels dans les prisons et a écrit: «Les témoignages d'anciens prisonniers révèlent l'utilisation de viols, de passages à tabac, d'exécutions simulées et d'autres formes de torture dans les prisons iraniennes, en particulier contre des dissidents. Les prisonniers qui meurent sous la torture sont monnaie courante. »

Dans une autre partie de ce rapport, Iran HRM a évoqué les manifestations à l'échelle nationale à la mi-novembre contre la hausse des prix de l'essence et la répression brutale du régime iranien contre ces manifestations : «Les rapports d'enquête d'Iran Human Rights Monitor indiquent le nombre de personnes arrêtées depuis le 15 novembre, soit plus de 12 000, ajoutant qu'au moins 1 500 manifestants ont été tués par les forces de sécurité de l'État lors des manifestations. Au moins 4 000 ont été blessés, certains avec des blessures mortelles. »

"Ils ont fermé Internet dans le but de cacher l'étendue de leur répression et la répression meurtrière des manifestations dans la plus longue panne d’internet que le pays ait jamais connue", lit-on dans le rapport.

« Iran Human Rights Monitor exhorte la communauté internationale à tenir les mollahs responsables de leurs crimes contre l'humanité et à soutenir le peuple iranien dans sa lutte pour réaliser ses droits humains fondamentaux », conclu le rapport.