regim garde
Soulèvement en Iran – Communiqué No.45

Appel à la libération immédiate des prisonniers et la protection pour leur famille
Les arrestations massives de jeunes dans différentes villes, déclenchées depuis le début du soulèvement populaire le 28 décembre en Iran, se poursuivent avec brutalité. Selon les rapports obtenus d’Iran, notamment au sein du régime, le nombre d’arrestations s’élèverait à 8000 et plusieurs manifestants ont décédés sous la torture dans les geôles des mollahs.

Malgré les tentatives du régime pour dissimuler le nombre des arrestations, celui-ci est tellement élevé que ses autorités ont dû les admettre en partie :

- La semaine dernière, Mahmoud Sadeghi, un membre du parlement des mollahs, a déclaré que le nombre d’arrestations s’élevait à 3700 personnes.

- Le 2 janvier, le vice-gouverneur de Téhéran pour la sécurité politique, a déclaré que 450 personnes ont été arrêtées à Téhéran en seulement trois jours (le 30 décembre, le 31 décembre et le 1er janvier).

- Le responsable de la Justice de la province centrale a déclaré le 4 janvier : « Le 30 et le 31 décembre, 396 personnes ont été arrêtées pendant les évènements d’Arak et dans d’autres villes de la province centrale, 65 d’entre eux étaient des adolescents de moins de 18 ans. »

- Le vice-gouverneur du Golestan a déclaré le 3 janvier : « Avec l’arrestation de près de 150 insurgés à Gorgan, le calme est revenu dans la ville. »

- Le gouverneur d’Hamedan a déclaré le 2 janvier : « Ces derniers jours, durant les révoltes et les troubles à Hamadan, plus de 150 personnes ont été arrêtées dans la ville. »

- Le vice-procureur de Machhad a déclaré le 3 janvier : « Au total, 138 personnes ont été arrêtées pendant les troubles à Machhad. »

- Le commandant des pasdaran de la province de Kerman a déclaré le 2 janvier : « Pendant les troubles récents, plus de 80 contestataires ont été arrêtés et envoyés devant les autorités compétentes. »

- Le procureur de Kashan a déclaré le 1er janvier : « Pendant les rassemblements illégaux à Kashan, 50 à 60 personnes ont été arrêtées. »

- Selon Bahman Taherkhani, un député du Takistan, le 2 janvier : « Près de 50 personnes avec de mauvaises intentions ont semé le trouble dans cette ville et ils devraient être punis selon leurs crimes. » Il a ajouté : « La présence d’individus avec un rôle prédominant pendant les dernier troubles est un autre signe que ces révoltes sont organisées. »

- Selon des rapports sur les prisons d’Ahvaz et d’autres villes de la province du Khouzistan, le nombre d’arrestations dans cette province s’élève à 1600.

- Un député d’Izeh a affirmé qu’il ne possédait pas de chiffre concret concernant les arrestations, mais a déclaré que les détenus étaient principalement des adolescents et des jeunes entre 16 et 24 ans. Des centaines de personnes ont été arrêtées à Izeh selon les rapports parvenus de cette région.

La Résistance iranienne appelle la population, notamment les jeunes, à soutenir les détenus et leur famille, et à se mobiliser pour la libération des prisonniers. Elle appelle également le Conseil de sécurité et le Secrétaire général des Nations Unies, l’Union européenne, les États-Unis et les organisations de défense des droits humains à condamner vigoureusement le régime des mollahs pour ces crimes flagrants et à adopter des mesures efficaces pour libérer les prisonniers innocents.

De nombreux rapports en provenance des villes iraniennes indiquent le mauvais traitement subis par les prisonniers et le calvaire de plusieurs sous la torture. Il est donc urgent d’établir une commission par le Haut-Commissaire et le Conseil pour les droits de l’homme des Nations Unies afin enquêter sur les arrestations arbitraires et les crimes commis dans les prisons iraniennes.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 11 janvier 2018