Le sénateur McCain salut le combat de Maryam Radjavi
Le site EU Reporter, basé à Bruxelles, a rapporté le 15 avril 2017 sur la rencontre à Tirana entre l’influant sénateur américain John McCain et la dirigeante iranienne Maryam Radjavi. Le président de la commission du sénat pour les services armés, et la présidente du Conseil national de la Résistance iranienne ont discuté des derniers développements de la scène politique iranienne, des ingérences du régime théocratique dans la région et des perspectives d’avenir.

Le site « eureporter.co » a écrit : « Avant cette réunion, le sénateur McCain a visité un des centres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) à Tirana et a rencontré les membres du mouvement d’opposition iranienne qui ont récemment été transférés du camp Liberty (en Irak) vers l’Albanie. Le sénateur McCain a salué leur succès du transfert et la persévérance et la ténacité des membres de la Résistance et leurs sacrifices.

« Il ne fait aucun doute que les gens dans cette pièce ont souffert énormément, tout comme leurs proches qui sont morts à cause de la tyrannie en Iran. Vous vous êtes battu et sacrifié pour la liberté, pour le droit d’être libre et déterminer votre futur, un droit qui est donné par Dieu. Je vous remercie d’être un exemple dans cette voie. Un exemple pour le monde entier, de gens qui veulent se battre avec dévouement pour la liberté. Vous êtes un exemple pour le monde entier. »

Alors qu’il s’exprimait ses condoléances aux victimes de la tyrannie des mollahs, il a remercié le gouvernement albanais d'avoir accueillit les membres de l’OMPI. Le sénateur McCain a salué le leadership de Mme Radjavi et souligné qu’ « un jour l’Iran sera libre, un jour nous nous rassemblerons sur la place de la Liberté à Téhéran. »

Mme Radjavi a remercié le sénateur McCain pour ses efforts sans relâche et son soutien au transfert des membres de l’OMPI hors d’Irak. La présidente du CNRI a par ailleurs dénoncé le régime : « Aujourd’hui, il y a un consensus sur le rôle destructeur du régime clérical dans la région et le que la dictature religieuse au pouvoir en Iran est la principale source de guerre, de terrorisme et de crise au Moyen-Orient. »

 

Elle a souligné que le changement de régime en Iran n’était pas seulement indispensable pour mettre fin aux violations flagrantes des droits de l’Homme dans ce pays, mais nécessaire également pour éradiquer les conflits et l’extrémisme et pour établir la paix et la tranquillité dans la région.

Radjavi a déclaré, « tant que le régime théocratique sera au pouvoir, il ne cessera d’exporter le terrorisme et l’intégrisme ». Elle a ajouté que tout indique que « le régime clérical est dans une impasse politique, économique et sociale. Les Iraniens sont plus déterminés et préparés que jamais pour renverser la théocratie au pouvoir et pour établir une démocratie et une souveraineté nationale en Iran. »