ColcomAncien député et magistrat, François Colcombet est intervenu par téléphone lors d’un débat télévisé sur la chaine satellite Sima-ye-Azadi, le visage de la liberté, dans une émission en direct sur le massacre des prisonniers politiques en Iran en 1988.  Voici son intervention :

« Je suis heureux d’apporter ma contribution à l’action que vous menez. Je suis un juriste français. J’ai appris avec beaucoup de tristesse et d’inquiétude, et j’ai même été scandalisé, par la façon dont le gouvernement de Khomeiny s’est débarrassé de ses opposants en 1988.

Les exécutions non seulement ont été nombreuses, mais elles ont été précédées d’une procédure irrégulière, puisque les jugements ont été pris par une commission administrative regroupant des fonctionnaires, trois fonctionnaires, ce qui pour nous Français fait penser à la façon dont Napoléon III avait mâté les républicains de 1851. Des gens avaient été envoyés à la peine de mort ou bien déportés.

Là c’est encore plus terrible chez vous, puisque les exécutions, ont été des exécutions capitales et qu’elles ont été perpétrées immédiatement.

Je pense que ces faits sont inadmissibles pour la communauté internationale et je pense que l’ONU, l’organisation supra nationale compétente, doit au moins faire une enquête et permettre à l’ensemble de l’opinion publique mondiale de savoir exactement ce qui s’est passé.

Bien entendu, s’il y a des sanctions à prendre, le principal coupable est dans un autre monde, puisque c’est Khomeiny en personne qui a pris la décision de ces exécutions scandaleuses. Je vous assure de tout mon soutien dans votre lutte. »