Attentats à Paris - Radjavi appelle tous les musulmans à s'unir contre l'extrémisme (Résistance iranienne)

Rassemblement au siège du CNRI en solidarité avec le peuple français
Maryam Radjavi appelle tous les musulmans à s'unir contre le terrorisme et l'extrémisme sous le nom de l'Islam

Lors d'une cérémonie à Auvers sur Oise commémorant les victimes des attentats terroristes à Paris et en solidarité avec le peuple français, le samedi 21 novembre, la présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi a rappelé:

La tragédie du 13 novembre démontre qu'il existe deux camps opposés; l’un des personnes épris de liberté et des défenseurs de la démocratie et de la séparation de la religion et de l'Etat, et les musulmans tolérants et démocrates sont dans ce camp. L’autre celui des tyrans, des barbares, des fanatiques, de Dech, de Bachar al-Assad et du régime iranien.

Mme Radjavi a déclaré: les musulmans qui croient en la démocratie sont la force la plus efficace qui pourrait combattre et vaincre le danger mondial de l'intégrisme islamiste.

Elle a appelé l’ensemble des musulmans de toutes branches, en particulier les musulmans de France, de se réunir dans un front contre le terrorisme et l'extrémisme sous le nom de l'Islam.

Lors de cette cérémonie de solidarité au siège du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Auvers-sur-Oise, Mme Radjavi a rejeté l'idée de coopérer avec Assad pour éliminer Daech. Elle a ajouté : L'existence même de Daech dès le premier jour a dépendu de Bachar al-Assad et du régime iranien. Deux parties seront sérieusement perdantes en cas d'éviction de Bachar al-Assad : Daesh qui perdrait son espace vital et de reproduction, le régime iranien dont le front régional serait effrité et désintégré.

Mme Radjavi a déclaré: dans le carnage terroriste à Paris, d'une part, Daech abat lâchement des dizaines de jeunes, de l'autre, le régime de Téhéran se réjouit de ces crimes contre l’humanité et menace que si la France n’accepte pas le règne de de Bachar al-Assad, d’autres attaques suivront.

Elle a ajouté: Le massacre de personnes sans défense à Paris sous le nom de l'islam est une attaque contre l'islam et tous les musulmans. Le fondamentalisme sous le nom de l'islam - que ce soit la variante chiite (incarnée dans le Guide surpême de la dictature en Iran) ou la variante sunnite tel que pratiqué par Daech - est l'ennemi de l'humanité. Son cœur bat à Téhéran sous le règne du fascisme religieux.

De nombreuses personnalités politiques, défenseurs des droits de l'homme, d’élus français ainsi que des dignitaires religieux représentant la communauté musulmane en France étaient présents et un certain nombre d'entre eux ont pris la parole dont Mme Ingrid Betancourt, ancienne otage et candidate à la présidentielle en Colombie; l’ancien ministre Alain Vivien, les maires Sylvie Fassier, Jean Claude Jegoudez, Bruno Macé, Jean Pierre Bequet, ancien membre du Conseil général du Val d'Oise; Khalil Merroun, recteur de la mosquée d'Evry; Taoufiq Sebti, vice-président du CFCM (Conseil français du culte musulman); Bilal Bely Mokono qui fut blessé lors de l’attentat près du stade de France, Paulo Casaca, ancien membre du Parlement européen.

Durant cette cérémonie, les participants ont déposés des gerbes de fleurs sur un stèle à la mémoire des victimes de la tragédie du 13 novembre, et ont fait voler 130 balon en forme de pigeon symbolisant les 130 innocents qui ont perdu leur vie sous le feu de l'intégrisme et du terrorisme à Paris. Un clip des images de la cérémonie au camp Liberty en Irak à la mémoire des victimes où les résistants iraniens ont chanté la marseillaise a été diffusé. Le Compositeur iranien et chef d'orchestre, Mohammad Shams, et le musicien Hamidreza Taherzadeh, tous deux membres du Conseil national de la Résistance iranienne ont interprété une belle musique à la mémoire des victimes.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 21 novembre 2015