Iran : les pharmaciens au bord de la faillite

CNRI – De nombreux pharmaciens à Machhad (au nord-est de l’Iran) ne sont pas satisfaits de leurs conditions actuelles ni du paiement de leur assurance. Ils pensent que travailler dans ce domaine n’est plus lucratif.


Cela fait des années que le paiement des primes d’assurances pharmaceutiques est en retard selon l’agence de presse Tasnim.
Tasnim a écrit : « Les informations indiquent que les primes d’assurance n’ont pas été payées depuis des mois et après des enquêtes énormes, seulement les primes d’assurance pour le mois de janvier 2016 ont été payées. Les pharmaciens pensent que cette situation mènera à la faillite. »


Un des clients qui cherchait un cachet pour une maladie spécifique a déclaré : « Malheureusement, la plupart des pharmacies disent qu’elles n’ont pas ce médicament dès qu’elles entendent le nom de ce cachet et après avoir vu notre carte d’assurance. Cependant, si je dis que je veux acheter le même cachet, mais sans carte d’assurance, elles m’en délivrent autant que je veux. Lorsque je leur demande pourquoi, elles me répondent que la compagnie d’assurance n’a toujours pas remboursé sa part depuis des mois et donc, qu’ils ne vendent plus de médicaments sur ordonnance qui sont coûteux. »


Le client a ensuite montré l’affiche derrière le comptoir de certaines pharmacies. Il a déclaré : « Vous voyez, ils annoncent qu’ils ne sont pas en mesure de délivrer de services pharmaceutiques à leurs propres coûts. Je donne raison aux pharmacies, mais la question est : l’assurance est-elle utile, car nous cotisons une certaine somme tous les mois pour pouvoir acheter nos médicaments et voir un médecin à moindre coût lorsque nous sommes malades. Beaucoup de pharmaciens veulent changer de métier. »


Le directeur d’une autre pharmacie dans la zone d’Azadshahr a déclaré : « Comme le coût des médicaments augmente et que l’organisation de la sécurité sociale tarde à nous payer, nous devons prévoir plus de capital pour une pharmacie. Beaucoup ne peuvent pas apporter ce capital et préfèrent fermer la pharmacie et trouver un autre emploi. »


Les pharmaciens sont réellement sous pression économique et luttent contre les problèmes financiers. De plus, un pharmacien a déclaré : « Ces problèmes existent, car le gouvernement veut retirer les pharmacies du secteur privé. Certaines rumeurs affirment que des gens veulent implanter une chaîne de pharmacies dans le pays, afin que les autres ne puissent pas faire le poids. En d’autres termes, ces soi-disant hommes aimables cherchent à détruire le secteur privé. Ainsi, les primes impayées ne sont que des prétextes. »