Douze millions d’Iraniens vivent en dessous du seuil de pauvreté absolue - responsable
CNRI - Lors d’une interview avec les médias officiels, le 6 Juillet, le président d’une fondation liée au guide suprême a reconnu que la situation de la pauvreté en Iran est gravissime, avec 12 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté absolue et 25 à 30 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté.

Mohammad Mokhber a ajouté : « La pente de la pauvreté et la réduction de la pauvreté dans le pays est très raide, au cours des sept ou huit dernières années, la courbe d'accélération a progressé rapidement.

« L’Iran n'est pas le Burkina-Faso, mais un pays avec beaucoup de ressources. Nous avons la quatrième plus grande réserve de pétrole du monde, l’équivalant de 9,3% des réserves de pétrole du monde. Huit barils de pétrole sont négociés par rapport à chaque baril de brut extraite dans le monde. Si nous vendons 100 milliards de dollars de pétrole, nous devrions pouvoir obtenir un marché de 800 milliards de dollars, mais maintenant nous nous contentons de vendre notre baril de pétrole par unité » a-t-il souligné.

« Nous avons également le premier réservoir de gaz du monde, ce qui représente 18,2 pourcent des réserves mondiales », a ajouté Mokhber.

Le président du soi-disant « Comité exécutif de l’ordre de l’imam Khomeiny » a déclaré : « Nous avons la première place mondiale dans la production du safran, de la pistache, du caviar, de l’épine-vinette et de la grenade. Le marché du safran au plan mondial représente 8,5 milliards de dollars, mais avec 95 pourcent du safran du monde provenant de l’Iran, nous la part de l’Iran est de seulement 400 millions de dollars. La province de Khorassan est le centre de production du Safran en Iran, et le centre de production de la pistache est Kerman. Mais la situation de l’emploi dans ces provinces est actuellement calamiteuse ? »

« Nous avons la quatrième place mondiale dans le secteur des mines, or nous ne gagnons que 200 millions de dollars de ces mines. D'autre part, nous produisons l’acier à Cayenat dans la province nord de Khorassan dans des conditions non rentables. Le prix par litre d'eau utilisé pour produire de l’acier dans cette zone vaut trois fois plus que le litre d'essence. »

Il a également souligné qu'en termes de réserves d'eaux territoriales, l’Iran est parmi les 10 premiers pays du monde. « L'eau de surface du Khouzistan est pratiquement de la même taille que les eaux de surface de la France, de l’Allemagne et de l’Espagne. Que faisons-nous avec ces eaux ? »

D'autre part, Abbas Akhundi, ministre des routes et du développement urbain du gouvernement d’Hassan Rohani, a admis le 6 Juillet que les conditions de vie des Iraniens est déplorable. « La Marginalisation ne se limite pas à la province du Sistan-Baloutchistan. A l’heure actuelle, la population urbaine iranienne est environ 59 millions d’habitants, dont 19 millions, ou l’équivalent de 35 pourcent de la population, sont marginalisés et les personnes vivent dans des zones usées et dégradées », a-t-il déclaré (…) Environ 40% de la population urbaine dans la province du Sistan-Baloutchistan et 35% de la population urbaine du pays vivent dans des zones marginaliséesو dans un état d'agitation et une situation critique. Les statistiques pour l'année 2016 par rapport à celle de 2011 révèlent que la population des zones rurales et des villages a diminué de 2% et celle des zones urbaines a augmenté de 2%. »