excution in iran
Le 16 avril, le régime cruel des mollahs a pendu un jeune prisonnier qui avait été arrêté à l'âge de 19 ans après trois ans de détention dans la prison de Machhad. Hassan Norouzi, membre du parlement du régime, avait auparavant déclaré que « 5 000 personnes âgées de 20 à 30 ans se trouvent dans le couloir de la mort » (Agence de Presse officielle Mehr – le 24 novembre 2016).

Parallèlement, 12 prisonniers condamnés à mort ont été transférés en isolement cellulaire dans la prison de Gohardachte les 15 et 17 avril pour être exécutés. Parmi eux, un ressortissant du Bangladesh après 22 ans de vie carcérale et un autre prisonnier après avoir passés 12 ans en prison, avaient déjà été trois fois emmenés jusqu’au pied de la potence. Emmener des prisonniers pour qu’ils assistent à l'exécution d'autres prisonniers est un acte de torture habituel dans les prisons de la tyrannie religieuse au pouvoir en Iran.

La Résistance iranienne appelle la population iranienne, en particulier les jeunes, à protester contre les exécutions et à être solidaires avec les familles des victimes. Elle exhorte également les organisations internationales de défense des droits de l'homme, en particulier le Haut-Commissaire aux droits de l'homme et la Rapporteure spéciale pour les droits de l'homme en Iran, à prendre des mesures immédiates et efficaces afin de sauver les 12 prisonniers qui ont été transférés pour la mise à exécution de leur condamnation à mort.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne
Le 17 Avril 2017