problème sécuritaire
CNRILe chef de la Commission culturelle du parlement du régime iranien a déclaré qu’en Iran, « des problèmes écologiques se sont transformés en crise sociale ».

Dans une interview avec l’agence de presse ILNA, Salman Khodadadi a déclaré :

« La pollution atmosphérique, la pénurie d’eau et les tempêtes de poussière sont parmi les problèmes majeurs de notre pays dans les prochaines années. Nous sommes maintenant dans une situation où des problèmes écologiques se sont transformés en crise sociale et même en problème sécuritaire. »

« Parfois, les gens sont tellement préoccupés par les problèmes environnementaux qu’ils pensent que le gouvernement est incapable de faire quoi que ce soit pour régler ces problèmes. Par exemple, l’assèchement du lac Oroumieh [au nord-ouest de l’Iran] a provoqué la propagation du sel dans les terres et les villes situées autour de ce lac. Cela aura des conséquences graves pour la santé des habitants des zones concernées. »

Le chef de la Commission culturelle du parlement a ajouté :

« La question de l’environnement est si sensible que même un jour de retard dans le traitement de cette question pourrait engendrer des problèmes sociaux. Les problèmes écologiques vont provoquer des exodes de populations.

Si les problèmes écologiques en Azerbaïdjan et au Khouzestan continuent, les gens aisées qui ont le potentiel des créer des activités économiques et des emplois dans ces provinces finiront par immigrer vers d’autres régions du pays et cela aura comme conséquence un appauvrissement de ces provinces.

Par la suite, les habitants de ces provinces seront de plus en plus marginalisés. Actuellement, entre 11 à 18 millions de personnes sont marginalisées dans le pays et la marginalisation est la mère de tous les maux sociaux. »