du lac Oroumieh
CNRI« La situation du lac Oroumieh s’aggrave de plus en plus. Une partie importante du lac est séchée, alors que la récolte du sel et les allers-venus des camions propagent beaucoup de poussières dans la région », a déclaré le lundi 13 mars Mohammad- Esmaeil Saeed, un membre du parlement du régime iranien.

Mohammad- Esmaeil Saeed dont les propos ont été cités par « Khaneh Mellat » (l’agence de presse du parlement), a souligné : « Durant les douze derniers mois, aucun budget n’a été alloué pour la gestion de l’eau du lac Oroumieh et pour le traitement des eaux usagers provenant des villes avoisinant, lesquels sont déversées directement dans ce lac. »

Nader Ghazipour, un autre membre du parlement, a averti : « Chaque jour quelque 500 camions transportent les sels récoltés sur le lit du lac Oroumieh. Seulement la moitié des eaux usées domestiques et industrielles déversés dans ce lac est traitée, l’autre moitié n’est pas traitée ».

Masoud Tajrishi, le directeur de planification dans l’Office chargé des travaux de restauration du lac Oroumieh, avait récemment critiqué le gouvernement de Rohani pour n’avoir pas respecté les engagements qu’il avait pris le 29 décembre 2016 lors du 16e salon international de l’environnement. « Les travaux de restauration du lac sont arrêtés en septembre 2016 et nous allons manquer la chance de restaurer ce lac, à moins que les budgets nécessaires soient allouées à ces travaux », avait déclaré Tajrishi.

Dans un entretien avec l’agence de presse ILNA daté du 2 janvier 2017, un membre de l’Office chargé des travaux de restauration du lac Oroumieh avait averti : « Les pesticides utilisés dans les terres agricoles autour du lac Oroumieh se vaporisent dans l’air et polluent l’air respiré par les habitants de cette région. Cela va conduire à une augmentation des maladies de la peau et des yeux. »

Les experts estiment que l’asséchement du lac Oroumieh va mettre en danger le cadre de vie de plusieurs millions de personnes.

Ces dernières années, plusieurs rassemblements ont eu lieu à Oroumieh et à Tabriz pour protester contre l’assèchement du lac Oroumieh.